Exclusif : le GIEC admet que le changement climatique est une “erreur de calcul de niveau CE1”

Genève, 1e avril 2021

Très ennuyé, Hoesung Lee qui dirige le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (plus connu sous le nom de GIEC) a déclaré aujourd’hui à la presse que le changement climatique n’existait (presque pas).

“Nous avons commis une erreur de produit en croix. Quelque chose de basique, mais que personne n’avait remarqué” a-t-il déclaré, avant de communiquer les nouveaux chiffres révisés :

“Le climat mondial devrait se réchauffer de 0,2 à 0,5 degrés d’ici la fin du siècle. Pas de quoi fouetter un SUV, franchement” !

Le président du GIEC a annoncé sa dissolution prochaine, et recommandé aux différents gouvernements du monde “d’y aller à fond sur le mazout, le gaz et le charbon”, de “faire péter les V12 sur le périph” et de “relancer le transport aérien comme des malades !”.

Questionné par la presse sur les raisons de cette erreur grossière et prolongée – facteur 10 pendant 30 ans quand même – il a plaidé la bonne foi : “vous savez, les rapports du GIEC, personne ne les a jamais lus, à part Greta Thunberg. Mais bon, comme elle refuse d’aller à l’école, elle ne sait pas compter. Du coup, l’erreur était indétectable !”

Hoesung Lee a conclut en suggérant de ne plus de planter des éoliennes partout et de ne plus construire de centrales nucléaires. “Franchement, il faut arrêter avec ces moulins moches et ces trucs radioactifs bas carbone, cramez du pétrole, on s’en balek du reste !”

En fin d’après-midi, on a appris que Jean-Marc Jancovici avait signé un CDI chez Total.