Démissions en masse des traders de JP Morgan qui veulent devenir des “privilégiés de cheminots”

La Direction des Ressources Humaines de la banque JP Morgan a lancé hier un cri d’alerte : plusieurs centaines de traders de la prestigieuse institution bancaire américaine ont démissionné. Ils souhaitent rejoindre la SNCF pour devenir conducteurs de trains. Il semble que les débats actuels en France leur ont fait prendre conscience des véritables statuts de “privilégiés vivant au crochet de la société”, ce qui leur fait beaucoup relativiser leur propre statut de super-cadres millionnaires de la finance internationale.

Interrogé sur ses motivations, l’un des démissionnaires, “Bill” (le prénom a été modifié) se dit “très intéressé par le métier de conducteur de train en France”. “Franchement, je ne pensais pas qu’il y avait des gens aussi privilégiés ! J’hésite encore avec le statut de conducteur de bus de la RATP et de professeur des écoles en primaire, mais une chose est claire, la salle des marchés, c’est fini !” Bill s’est beaucoup documenté sur BFM TV et estime que ces professions sont payées plusieurs millions d’euros par an pour quelques heures de travail par semaine, avec logement de fonction, villa sur la côte, retraite à 35 ans, masseuses, champagne et moquette épaisse.

Une source syndiquée à Sud-Stockoptions proche du dossier a suggéré que plusieurs milliers de traders et autres gérants d’actif pourraient suivre ce mouvement, ce qui représente une menace pour la stabilité des institutions financières internationales.