Bruno Le Maire : “les hydrocarbures récupérés dans les jardins à Rouen seront soumis à la TVA et à la TIPP”.

C’est au cours d’une conférence dans la salle de presse “cirage de chaussure et soumission volontaire” du Ministère de l’Économie et des Finances à Bercy que Bruno Le Maire a annoncé que les hydrocarbures qui se déposent sur les jardins rouennais depuis l’incendie de l’usine Lubrizol seront soumis à la Taxe Intérieur sur les Produits Pétroliers et à la Taxe sur la Valeur Ajoutée.

“Notre principe est celui de l’équité : il ne serait pas juste que les produits pétroliers récupérés par les rouennais sur leurs citrouilles, le pelage de leur chiens, dans leurs citernes d’eau de pluie et sur leur pelouse soient exemptés de taxation sur les hydrocarbures”.

Le ministre a poursuivi sur un ton lyrique en rappelant que les taxes sur les hydrocarbures et produits pétroliers servaient à financer la transition écologique et les dépenses sociales. “Si on ne les taxait pas, nous serions forcés de compenser le déficit induit en diminuant le nombre d’infirmières et de professeurs et cela, les Français ne le veulent pas”.

Bruno Le Maire a également plaidé pour un plan d’aide public pour les entreprises Seveso, à commencer par Lubrizol. “Ces entreprises ont soit subi de gros dégâts, soit vont devoir payer de grosses sommes pour se mettre aux normes de sécurité et cela va grever leur rentabilité. Il est donc normal que l’État, pour soutenir l’emploi et la croissance, leur concède des exemptions de charges et des réductions d’impôts. Il est probable que cela sera financé en partie par une petite réduction des retraites, mais la priorité doit aller aux acteurs économiques”.

Le ministre a d’ailleurs rappelé que les nuages n’étaient pas vraiment toxiques d’après un comité d’experts nommé par l’Union Française des Industries Pétrolières, et que la Sécurité Sociale ne prendrait sans doute pas en charge les pseudo-pathologies qui pourraient se déclarer et relèveraient de la somatisation suite à la lecture des sites de fake-news russes anxiogènes.

Interrogé sur les modalités de mise en œuvre de la taxe sur les hydrocarbures déposés à Rouen, le ministre a évoqué une possible imposition forfaitaire en fonction du nombre de m² de pelouse par famille, assorti d’une majoration en cas de possession d’une récupération des eaux de pluie.

Une source hospitalisée en proctologie proche du dossier rappelle que la vaseline est un dérivé de pétrole. #ZoCMorreThanFakes